Les nouvelles technologies radiologiques au service du patient

Technologie de fusion et tomodensitométrie à faisceaux coniques :

Moins de produit de contraste, moins de rayons X et plus de sécurité pour le patient.

 

Pour la première fois à Genève, le docteur Gemayel a traité un patient présentant un anévrysme de l’aorte abdominale par voie endovasculaire en utilisant la technologie de fusion d’images et la tomodensitométrie à faisceaux coniques (Cone beam CT scan).

La fusion d’images est une nouvelle technologie qui consiste à fusionner le scanner préopératoire avec l’image de radioscopie lors du geste interventionnel. Elle permet ainsi de visualiser de façon continue la position des structures critiques comme les artères rénales sans avoir recours à l'injection répétée de produit de contraste. Ceci réduit considérablement le volume de produit de contraste, la dose des rayons X, la durée de l’intervention et permet un positionnement très précis de la prothèse.

 

La tomodensitométrie à faisceaux coniques est un scanner pratiqué sur la table opératoire immédiatement à la fin de l’intervention tandis que le patient est encore sous anesthésie. Elle permet de visualiser des défauts au niveau de l’endoprothèse (comme les plicatures) qui ne sont pas visibles sur la radioscopie normale et ainsi de corriger immédiatement ces défauts (et éviter des complications graves comme l’occlusion de la branche de l’endoprothèse) au lieu d'attendre le scanner programmé habituellement un mois plus tard. Elle dispense ainsi le patient de subir une seconde intervention.

La tomodensitométrie à faisceaux coniques

Elle a permis de détecter une sténose sur la branche gauche qui est invisible sur l’angiographie conventionnelle. Cette lésion aurait pu être détectée sur le premier scanner de contrôle un mois après l’intervention, mais a été traitée, grâce à cette technologie, immédiatement au cours du même geste opératoire.

La technologie de fusion

Le cercle blanc définit la position de l’artère rénale gauche, cette position critique dans ce cas précis est localisée sur le scanner préopératoire puis importée sur l’image directe de la radioscopie. La ligne horizontale est la position idéale où l’endoprothèse devrait être déployée. Elle est déterminée préalablement depuis le scanner préopératoire.

Ces images sont constamment projetées sur l’écran afin de guider le chirurgien lors de la pose de l’endoprothèse de façon très précise sans avoir recours à l'utilisation répétée de produit de contraste.

 

Avenue J.D. Maillard 1 Bis

CH — 1217 Meyrin

 

 

T + 41 22 782 01 95

F + 41 22 785 47 87

© dr.gemayel, 2017